« le sentiment de notre existence dépend pour une bonne part du regard que les autres portent sur nous : aussi peut-on qualifier de non humaine l’expérience de qui a vécu des jours où l’homme a été un objet aux yeux de l’homme »

Primo Levi, Si c’est un homme, 1947

L'accompagnement des victimes

Qui accueille-t-on ?

Notre structure accueille des femmes majeures sans enfant victimes de la Traite à des fins d’exploitation sexuelle nécessitant une mise à l’abri.
A titre exceptionnel et selon les places disponibles, nous accueillons des femmes dont la situation nécessite une mise à l’abri d’urgence (violences conjugales, domestiques…).
 
Quels sont les moyens mis en oeuvre?

Pour toutes les prises en charge, des contrats fixent des objectifs entre le foyer et la personne et se sont renouvelés en fonction du projet individuel.

> Le court terme "relais"
- en lien avec le dispositif ACSE en province pour l’accueil temporaire d’une victime sur Paris afin d’effectuer des démarches : entretien OFPRA, rencontre avec un avocat ou avec les services de police…
- des orientations des services de police ( BRP, OCRETH, commissariat) dans le cadre d’un démantèlement de réseau ou lors d’un dépôt de plainte spontané d’une victime.

schema court terme

> Le moyen terme
Pour des retours au pays qui sont préparés avec le partenariat des associations locales comme c’est le cas pour la Roumanie avec l’association Adapre et l’Agence Nationale Contre la Traite. Préparer un retour au pays nécessite du temps pour sécuriser la situation de la personne et procéder à une évaluation des risques sur le terrain ( enquête familiale, enquête sociale, mettre en œuvre des investigations pour savoir si la personne a été identifiée comme victime dans le pays d’origine…)

schema moyen terme

> Le moyen terme "retour au pays"
Pour des relais d’hébergement entre autre avec France Terre d’Asile, pour la situation de femmes en demande d’asile qui sont identifiées comme victimes de la Traite ou en situation de grande vulnérabilité pouvant les amener vers une situation d’exploitation sexuelle. L’entrée en CADA permet une sortie du foyer après avoir réalisé un accompagnement préventif.
schema moyen terme retour pays
 

> La prise en charge sur le long terme, de 3 mois à 3 ans
Il s’agit de la prise en charge globale et individualisée où les notions de protection et sécurité sont centrales. L’intervention de l’équipe multidisciplinaire ainsi que le recours à des services extérieurs sont indispensables pour favoriser les démarches administratives et la régularisation.

 schema long terme

>Les prises en charge sans hébergement
Elles concernent les femmes qui ont quitté le foyer mais qui maintiennent un lien avec l’équipe : accompagnement social ou aide à la régularisation, soutien thérapeutique ou encore pour maintenir des liens affectifs avec le foyer en venant régulièrement rendre visite, en participant aux évènements collectifs du foyer…

 

Nos coordonnées

 logo foyer AFJ

logo telephone 07 60 73 26 26
logo maison

Siège social (Adresse administrative) :
MDCA - AFJ Boîte 99
20 rue Edouard Pailleron
75019 PARIS

logo courrier Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Aider une victime

Vous avez rencontré/identifié une victime de la Traite à des fins d’exploitation sexuelle ou vous pensez qu’une personne est peut-être dans cette situation,
Vous êtes un professionnel du social, de la santé ou du juridique, vous êtes un bénévole ou un particulier,
Vous avez besoin d’un conseil, d’une écoute ou de trouver un moyen pour protéger une victime qui demande de l’aide pour sortir d’un réseau de prostitution.
Contactez nous par mail ou par téléphone entre 10h et 20h

Financer un programme

photomosaique